Au nom de la guerre

  • Home

9,00 

Au nom de la guerre

« Tout pays ne faisant pas un acte d’allégeance aux États-Unis devait être, tôt ou tard, maté », martèle l’auteur dans son livre, basé sur des faits vécus durant les deux guerres du Golfe. Les témoignages relatés par l’auteur révèlent l’extrême violence avec laquelle les Bush, père et fils, appuyés par leurs coalisés, ont châtié la population irakienne, déjà écrasée sous les bombes – conventionnelles et non conventionnelles – et soumise à un embargo le plus strict et le plus inhumain de l’Histoire. L’Irak n’avait agressé personne.

123 Français 2019 862 , , , , , , , , , , , , ,

Meet The Author

"Au cours de sa longue et brillante carrière d’avocat émérite, l’auteur de ‘‘Couscous Gate’’, Jean-Pierre Lussan a été amené à plaider plusieurs affaires célèbres, dont celle de la «Couscous Connexion» qui a constitué la trame de ce roman de 200 pages paru en mai 2020, aux éditions KA’, à Tunis."

« Tout pays ne faisant pas un acte d’allégeance aux États-Unis devait être, tôt ou tard, maté », martèle l’auteur dans son livre, basé sur des faits vécus durant les deux guerres du Golfe. Les témoignages relatés par l’auteur révèlent l’extrême violence avec laquelle les Bush, père et fils, appuyés par leurs coalisés, ont châtié la population irakienne, déjà écrasée sous les bombes – conventionnelles et non conventionnelles – et soumise à un embargo le plus strict et le plus inhumain de l’Histoire. L’Irak n’avait agressé personne. En revanche, c’était bel et bien Washington l’agresseur, sous prétexte du concept de la « guerre préventive » destiné à engager unilatéralement une guerre d’agression au mépris du droit international. Les Bush, qui voulaient coûte que coûte abattre Saddam Hussein, ont fini par le faire pendre sous les acclamations du monde coalisé… Après l’Irak, c’est au tour de la Syrie de Bachar de subir, depuis 2011, les exactions punitives des mêmes agresseurs, soutenus cette fois-ci par, outre leurs traditionnels alliés, des guérilléros djihadistes venus des quatre coins du monde, opérants sous fausse bannière et rompus à l’art de la guerre insurrectionnelle moyen-orientale programmée.

 

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Au nom de la guerre”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *